1 an…


Déjà un an aujourd’hui que nous démarrions cette première Fiv tant attendue! J’étais excitée et heureuse de commencer enfin.
Je commençais ce long traitement, avec cette chaleur du Sud en plein été, ces fortes doses qu’on augmentait petit à petit , qui m’avait mis plus qu’à plat, et les allers-retours incessant à la Pma avec presque l’impression d’habiter là bas…

Et puis il y a eu ces merveilleux instants que nous avons vécu à deux avec Chéri, la ponction, le transfert, nous étions sur notre nuage avec la naïveté des débuts. Croyant que tout cela pourrait marcher du premier coup… La réalité en a été tout autre! 

Ces deux petits poussins transféré ne sont pas restés. Il en a été de même trois mois après pour leurs petit frère malgré sa force d’être arrivé à cinq jours et après qu’on l’est sorti du grand froid de la PMA. Il n’a pas réussi à rester au creux de mon ventre. L’histoire s’est également déroulée de façon similaire pour ce dernier petit poussin après la deuxième Fiv. Lui n’ont plus n’a une fois de plus pas fait son petit nid au creux de mon ventre… Ça été de nouveau douloureux, très douloureux. La colère, l’incompréhension, la tristesse, la désillusion, la peur tout y est passé comme sentiments à chacuns de ces échecs…

Nous nous sommes pris de nombreuses claques avec Chéri… Nous nous sommes soignés, nous avons pensé à nous et avons essayé de rebondir malgré la difficulté de ce parcours et de la vie qui ne nous souriait pas depuis un an.

Aujourd’hui j’ai un sentiment bizarre. Notre parcours, la Pma m’a rendue différente sur de nombreux points. Je n’aborde plus la vie de la même façon, malgré mes 32 ans j’ai l’impression d’avoir grandi, d’être plus mûre face à ce qu’on vit ! Je m’en veux presque d’avoir été si naïve, si froussarde à certains moments de ce parcours. Pourtant je ne pouvais pas faire autrement, je ne savais pas à quel point cette Pma allait autant me remuer bien qu’une personne proche soit passée par là. Je crois que tant qu’on ne le vit pas, on ne pas imaginer !

J’ai fais du chemin, c’est une certitude. À mon premier transfert, j’étais angoissée à l’idée d’un double transfert ( j’ai mis un jour pour m’en remettre presque! ). Maintenant, qu’il y en est un, deux je serais la plus heureuse. J’ai touché du doigt la difficulté, l’échec. C’est douloureux…peut importe combien nous serons dans notre famille le plus important est que le mot Famille comme je l’entend existe enfin! Et si nous n’arrivons qu’à avoir une seul petit bout, et bien il n’y en aura qu’un mais nous serons les plus heureux au monde. J’ai fais le deuil depuis cette dernière année de la famille idéale.

Depuis un an j’ai beaucoup appris sur moi également. Sur ma capacité à gérer mon stress. J’arrive à présent à prendre sur moi dans les moments importants, où il faut faire face. J’ai aussi appris à demander de l’aide, à ma famille, mes amis et thérapeute afin de vider les vannes quand la charge de ce que l’on vit est trop lourde à porter.  J’ai aussi travaillé ma capacité d’adaptation. Depuis un an, prévoir, organiser était très difficile à faire. J’ai toujours eu besoin de projection dans ma vie à court et long terme , comme tout le monde c’est sûr, mais c’est vraiment ce qui m’aide dans mon quotidien et encore plus dans des périodes compliquées. Se sont mes petits rayons​ de soleil qui me permettent d’ avancer. 

En démarrant ce long parcours j’ai dû revoir ma vie: apprendre à la vivre autrement. Cela a été compliqué au début mais j’ai réussi à faire avec ( je n’avais de toute façon pas le choix!).

Et puis depuis un an, j’ai énormément appris sur mon couple. Sur la force et la ténacité que nous avons tous les deux dans les moments difficiles. Bien sûr, nous sommes passés par des instants compliqués, mais avons su les surmonter ensemble  Alors c’est vrai un homme et une femme ne peuvent ressentir en Pma les mêmes choses, et au même moment, mais cela nous a permis d’aider l’autre quand un craquait. Je dois avouer qu’à présent les difficultés que la vie nous mettra encore sur le chemin ne me font plus peur…

Et enfin, il y a eu ce moment ( qui était inimaginable pour moi en début de parcours ), où j’ai dis stop après cette deuxième Fiv. J’avais le besoin de vivre pour moi, mon couple, vivre autre chose que de vivre le quotidien Pmesque qui prend une immense place dans nos vies et qui ne nous laisse plus le temps de profiter pleinement et de voyager sans avoir l’impression que l’on perd notre temps alors qu’on pourrait rapidement enchainer un traitement pour avoir vite notre bébé. Je ne regrette absolument pas ce choix. Depuis maintenant trois mois et demi je revis, je profite, j’apprécie chaque instant et je pense à moi et mon petit mari. Bien sur la Pma et certains événements sont au creux de nos têtes et nous renvoient que notre pépite tant attendue n’est toujours pas à nos côtés, mais cette pause nous a permis de reprendre des forces.

Pour donner rapidement des nouvelles car cela fait un moment que je n’avais pas écris un article, les hostilités reprendront en Août avec mon hysteroscopie opératoire afin de faciliter mon prochain transfert et me faire la biopsie de l’endomètre sous AG. Trois semaines après je démarrerais cette troisième Fiv. Il y a deux semaines j’ai eu un coup de stress à l’idée qu’on allait vite arrivée en Août et qu’on allait reprendre le chemin de la PMA… Puis j’ai réussi à repositiver, à me dire que pour cette nouvelle Fiv on avait fait du chemin avec ma gynéco, qu’elle avait trouvé des pistes qui expliquent nos échecs. Il n’y a pas de raison, que cette nouvelle tentative ne nous apporte pas une bonne nouvelle. 

En attendant nous allons profiter de notre été qui démarre plutôt bien!

Voyager, oublier… Redevenir nous!

Nous voilà revenus d’un petit road-trip en Toscane…

Que cela fait du bien! De vrais vacances, comme on les aime sans penser à la Pma, aux rendez-vous, à l’après. 

Nous avons vécu l’instant présent tous les deux dans notre bulle et avons soufflé comme on l’attendait tant depuis plus d’un an.

Cette idée de vacances nous est venue très rapidement après ce dernier échec. Nous avions besoin de revivre comme n’importe quel couple. Nous avions besoin de profiter. Puis l’idée de continuer à découvrir ce joli pays qu’est l’Italie nous est alors vite venue. Nous avions fais lors de notre road-trip pour mes 30 ans à travers un petit bout d’Europe, Vérone et Venise et étions totalement tombés sous le charme du pays du Parmesan, du Chianti, de Roméo et Juliette, et ce cet accent si chantant!

C’était juste avant de démarrer la Pma. Depuis un an et demi à part quelques petites vacances par ci par là, nous n’avons plus voyagé. Nous avions tellement de mal à nous projeter sur du long terme !

Avec cette pause que nous avons désiré faire, nous nous sommes dis que cela était le moment où jamais d’aller à la rencontre de la Toscane pour replonger dans l’insouciance, se laisser porter dans un autre univers loin de nos soucis et surtout bien loin de la PMA!

Nous avons eu raison. À peine arrivés en plein cœur du Chianti où nous avions notre location, la magie a opéré. Nous voilà redevenus deux personnes lambdas , qui profitent sans penser à ce qu’elles mangent, boivent. Nous n’avions plus rien autour de nous qui nous rappelait que bébé n’était toujours pas à nos côtés. Nous étions deux amoureux à la découverte d’un pays, d’ une région magnifique, de villes sublimes et époustouflantes ! Florence et Sienne sont encore plus grandioses que ce que l’on peut se les représentaient… Un vrai bonheur pour les yeux.

On est rentré de ces quelques jours totalement ressourcés, amoureux, des projets plein la tête pour un futur voyage cet été juste avant mon opération et la Fiv 3. 

Nous ferons donc Bruges et les Pays Bas. Je me languis déjà… 

Je me rend compte que nous avons fais le bon choix de faire cette pause de quelques mois. Moi qui n’aurais jamais imaginé en faire, lorsque nous avons démarré la Pma, je me rend compte que cela nous était vital après tout ce que nous avons vécu cette dernière année. On souffle, nous redevenons nous. 

La Pma nous a drôlement changé c’est une réalité! J’ai l’impression d’avoir pris 10 ans en seulement 1 an et demi… Dans quelques jours je vais souffler mes 32 bougies et le même jour Chéri ses 35, et cela me fait drôle, enfin surtout bizarre. Il y a quelques années quand je nous imaginais à cet âge là, nous aurions déjà commencé à construire notre petite famille mais la vie en a décidé autrement. J’espère maintenant que bientôt ( ce mot qui n’a pas réellement de duré), un petit être se sera lové en moi…Mais j’ai du mal depuis quelques temps à imaginer notre futur. Je me protège peut-être, nous sommes tellement tombés de haut dernièrement, et plusieurs fois. Pour l’instant nous continuons à profiter, à vivre, à nous organiser plein de jolies choses , qui nous font plaisir, du bien pendant ces quelques mois de repos Pmesques loin de toutes contraintes ! Et puis, je mesure plus que jamais la chance de partager la vie de cet homme avec qui j’arrive à profiter pleinement de toutes les petites joies que la vie peut nous offrir malgré certaines difficultés.  

La vie nous a mis à rude épreuve, mais a aussi renforcé nos liens. Je me dis que c’est déjà ça de gagné… J’espère que la suite sera que plus belle…

Retour en Pma: plan d’attaque, mini pause, décompression, évasion

Voilà un moment que je n’ai pas donné de nouvelles…

Je me suis faites plutôt discrète, mais j’ai continué à vous lire et vous remercie pour tout vos petits mots qui m’ont énormément touché et mis du beaume au coeur pour reprendre des forces pour la suite.

Durant ces quelques semaines qui ont suivi l’échec de cette Fiv 2 et mon rendez-vous avec la kinésiologue, nous avons avec Chéri fais le vide. Nous avons beaucoup pensé à nous, nous avons profité, sans avoir notre vie rythmée par tout ces rendez-vous et ce stress incessant! Que cela fait du bien… Cela est plutôt agréable de retrouver une certaine insouciance !

J’ai l’impression d’être sortie d’une parenthèse de deux ans. C’est fou comme avec le recul, on se rend vite compte de tout ce qu’il y a changé en nous, notre façon de vivre et d’appréhender la vie depuis notre arrivée en Pma.

 Et puis petit à petit , j’ai sentie que je redevenais moi, à profiter de chaque petit bonheur et moment que la vie pouvait m’offrir sans penser à l’après et à me torturer le cerveau pour X raisons. Une grande partie de mon stress à quasiment disparu, merci Madame la Kinésiologue car c’est plus qu’agréable de revivre à nouveau ainsi! J’avais presque oublié ce que cela faisait tellement j’avais pris l’habitude de cohabiter avec ces angoisses quotidiennes.

Tout ça pour vous dire que j’ai / on a fait du chemin en quelques semaines. 

Suite à cela, soyons fou nous nous sommes réservés un petit voyage en Toscane… histoire de continuer notre découverte de l’Italie. Quelques jours au mois d’Avril entre Florence et la région du Chianti, on va être bien! 

Et puis le rendez-vous avec Docteur Magicienne se rapprochant il fallait quand même penser à certaines choses et à cette future Fiv 3.. au plus les jours avancés au plus je me rendais compte qu’il m’étais impossible de redémarrer une Fiv rapidement. Il allait falloir savoir quoi lui dire quand nous la verrions. Chéri se rangeant de toute façon de mon avis pour prendre cette décision, au vu des traitements que je subis. Pour lui le plus important est que je redémarre une fiv quand je me sentirais physiquement et mentalement capable.

L’idée de redémarrer en septembre est petit à petit venue à moi. Besoin de profiter de cette jolie période qu’est l’été, de pouvoir partir en vacances. L’année dernière nous n’avons malheureusement pas pu à cause de la première Fiv. 

Notre décision mûrement réfléchi est donc de démarrer cette troisième Fiv en Septembre.

Hier j’ai eu rendez-vous avec Docteur Magicienne le trouillaumètre étant à bloc une fois à arrivée à la Pma. Certainement le stress du bilan qu’elle allait nous faire.

La première chose qu’elle a demandé en rentrant dans le bureau était de savoir comment aller le moral.

Bien je lui ai dis , c’est d’ailleurs assez étonnant, après ce qu’on a vécu…Mais là un peu l’appréhension du rendez-vous et du retour en Pma.

Elle a donc commencé par expliquer plusieurs choses qui ont  a été décidé en commission par elle et ses collègues. La complexité de mes transferts qui durent entre trois quarts d’heure/ une heure à cause de mon col qui se dilate très mal et qui a de nombreux angles sont néfastes à une nidation: contractions malgré Spasfon et embryon pas forcément bien positionné.
Malgré cette fiv 2 où il est clair que je n’ai pas très bien répondu ( traitement qui certainement ne m’allait pas) on a eu un très bel embryon, et des taux hormonaux meilleurs qu’à Fiv 1. Pour elle s’est positif cela permet de les éclairer sur plusieurs points.

Je lui ai alors dis qu’à ce moment du parcours nous commencions quand même à stresser , nous voici au milieu des Fiv, aucune accroche et nous avons très peur de la suite.

Elle nous a rassuré , à pris nos différents comptes rendus de fiv, et examens et a commencé à faire des schémas. Elle m’a expliqué que ce qu’il faut garder en tête pour se rassurer : j’ai des cycles de 28 jours , une bonne ovulation avec de bons taux hormonaux et un bel endomètre naturellement, 15 follicules antraux à J3 malgré une amh à 1,60 qui n’a pas diminué en 2 ans et demi. Nous avons réussi à avoir un embryon à J5 à Fiv 1 qui a pu être vitrifié. On a vu à la première Fiv que j’avais répondu favorablement à un traitement et que mes ovaires étaient stimulable. Chéri a des spermatozoïdes typiques 12 % ( on est pas trop mal) et surtout nous n’avons pas de problème mécaniques à proprement parler qui m’empêche de tomber enceinte, et même naturellement. Effectivement quand on regarde ainsi, le tableau est plutôt positif.
J’ai donc pu poser toutes mes questions et finalement elle y a répondu sans que j’ai à dire certaines choses. Cela nous a beaucoup rassuré car nous avons vu qu’elle et son équipe ont planché sur notre dossier. Nous avions très peur qu’elle ne cherche pas à quoi étaient du ces échecs et qu’il faille demander un deuxième avis mais a été encore une fois à la hauteur de nos espérances.

Je lui ai donc dis que nous avions besoin de souffler, partir en vacances et voulions redémarrer cette fiv qu’en septembre. Elle nous a dit qu’elle comprenait et que partir nous ferait le plus grand bien.

Son plan d’attaque pour la suite:

Hysteroscopie opératoire avant qu’elle parte deux semaines en congés en août afin de dilater un maximum mon col pour la fiv et le transfert en septembre et nettoyer mon  utérus et faire un joli nid. Vu que nous n’avons pas une d’accroche d’embryon, elle en profitera pour me faire la biopsie de l’endomètre pour rechercher s’ il y a des cellules NK. Lorsqu’elle m’a proposé cette biopsie c’était pour elle prématuré de la faire maintenant mais après avoir demandé l’avis d’une consœur durant mon rendez vous elles se sont mises d’accord pour  me faire la biopsie durant l’ l’hysteroscopie et sous AG afin de m’éviter certaines douleurs toujours dues à mon col ( sacré col quand même qui complique les choses !).  J’ai également une prise de sang à faire en plus de la biopsie.
Après bilan poussé de la thyroïde ça peut être une des raisons d’une non accroche malgré ma TSH qui est bonne. Nous avons ensuite plusieurs examens à passer ou repasser avec Chéri.

Pour cette Fiv 3, je vais découvrir le protocole court et même changé le médicament pour stimuler. Elle veut que je sois le moins bloquée possible afin que ovaires répondent mieux à la stimulation. Je vais donc avoir du Décapeptyl et du Gonal F ( je ne connais pas encore les doses mais elles vont être assez élevées à mon avis ).
Pour ma ponction et mon transfert ( complexe) , ils vont essayer de s’organiser pour que ça soit elle ou la chef de service qui me les fassent. Comme je lui ai dis de toute façon je n’aurais pas été prête de  recommencer si elle n’était pas dans les parages au vu du dernier transfert qu’elle seule à réussi à me faire.

À notre demande les embryons seront poussés à J5.

Après 1h10 de rendez-vous, en partant je l’ai remercié pour sa disponibilité et surtout son investissement. Elle a fait un petit sourire tout en le remerciant et nous disant qu’elle espérait ne pas nous revoir en août et pour une troisième Fiv, les vacances et le repos sont souvent propices à de belles nouvelles… On aimerait tellement que Dame Nature l’entende!

Elle et son équipe on fait un véritable jeu de piste, pour trouver des solutions, avancer. Espérons que nous arrivions tous au but et que leurs efforts et persévérance portent leurs fruits.

Nous voilà maintenant bien et serein. Nos vacances Italienne arrivent à grand pas, nous allons pouvoir profiter de la Dolce Vita!

Vérone, été 2015

Digérer, penser à soi, avancer malgré tout…

Un échec de plus. 

Il a été redoutable celui-là et pourtant nous essayons et arrivons pas trop mal à le surmonter avec Chéri.

Il a fallu se rendre compte ( assez rapidement !),que ce doux rêve de maternité ne serait encore pas au rendez-vous. Nous avons pleuré, beaucoup pleuré, nous avons digéré la nouvelle, nous avons essayé de surmonter cette déception, cette tristesse… Et surtout nous avons pensé à nous. Nous avons fêté nos 7 ans de rencontre et avons passé une merveilleuse journée ensoleillée autour de notre Amour qui est plus que jamais présent et qui nous aide à dépasser ces difficultés de la vie.
Nous nous sommes concentrés sur notre couple. Après tout c’est ce qui nous est de plus cher actuellement.

J’ai eu peur et j’ai toujours peur pour la suite. Peur qu’on en demande trop à mon corps pour les prochaines tentatives et peur qu’il n’y réponde encore pas suffisamment et que ces deux tentatives de fiv qui nous restent défilent rapidement sous nos yeux…Mais.. j’essaie quand ces pensées se bousculent dans ma tête de vite penser à autre chose pour éviter de me stresser encore plus inutilement ! Sacrée gymnastique du cerveau me direz-vous mais je m’y oblige pour éviter de trop penser.

J’ai mis 10 jours à reprendre un rendez-vous avec ma gynécologue mais ça y est , hier je me suis enfin décidée. Nous avons rendez-vous le 4 Avril. Nous nous sommes notées toutes nos questions à lui poser car vous l’imaginez nous en avons! Nous avons pensé demander un second avis mais après y avoir bien réfléchi nous allons d’abord faire un bilan avec elle , voir quels examens supplémentaires faire qui ne nous ont pas encore été fais et puis comme dis Chéri elle me connait plus que bien au vu des opérations qu’elle m’a fait… Alors on va continuer à lui faire confiance tout en ayant certaines exigences à présent.

 Et puis on va se laisser du temps. Nous avons besoin de revivre un peu pour nous…

 Je n’aurai jamais pensé écrire cela alors qu’en début de PMA j’etais prête à me donner à corps perdu dans cette aventure pour vite arriver à notre but. Mais là je vois que j’ai besoin de vivre tout simplement. La PMA prend beaucoup de place c’est une réalité. 

Tiens c’est ce qui est ressorti de mon rendez-vous avec la Kinésiologue mardi dernier. J’avais besoin de prendre soin de moi, de mon corps surtout sans avoir à réfléchir. Part chance j’ai pu voir, une kinésiologue rapidement qui m’avait été recommandé. Les mots qui sont ressortis durant la séance sur ces 3 derniers mois sont les mots  » effroi, subir et accueil « . C’est ça, tout à fait ça. C’est ce que je ressens en ce moment. Je me suis rendue compte aussi durant le rendez-vous que la colère et l’injustice était très présentes en moi en ce moment. Et c’était dur de cohabiter avec ces sentiments qui faisaient déjà raisonnance à une période précise de ma vie et qui demandent beaucoup d’énergies. Elle a fait un sacré travail au cours de cette séance. J’y suis restée deux heures et surtout je suis rentrée chez moi vidée, j’avais mal au ventre… Deux jours ont passé, j’ai dormi, beaucoup dormi,et enfin je me suis sentie bien, plus de poids sur la poitrine qui m’oppressait et l’envie et surtout le besoin de penser à moi. Je me rend compte qu’à force de penser à notre avenir, à vouloir cet enfant je me suis un peu oublié au cours de ces deux ans, alors bien sûr je ne regrette pas car j’ai tendance à toujours vouloir aller jusqu’au bout des choses que j’entreprends en m’y mettant à fond mais là je vais un peu relâcher tout cela. Alors bien sûr tout en ne mettant pas la PMA de côté car nous allons allez jusqu’au bout de notre combat, mais on va certainement doser un peu les choses autrement… Et puis une petite pause avant une 3 ème Fiv ne nous fera pas de mal! Nous allons aller à notre rythme, tout en faisant ce qu’il faut avant pour y arriver dans les meilleures conditions possibles.

Enfin je voudrais terminer cet article en vous remerciant pour tous les petits mots que vous m’avez laissé après ce nouvel échec.

 Se fût un grand réconfort dans ces moments difficiles , un immense MERCI d’être là…

💜💚💙


Fiv 2 acte 5: Fin

Un doux rêve qui n’est encore pas devenu réalité…

Cette fois je savais le résultat avant cette prise de sang que j’ai avancé. Mes règles sont arrivées étonnamment pile 14 jours après l’ovulation. Là dessus mon corps a fonctionné…Mais justement j’en ai marre.

Aujourd’hui le résultat est plus que réel et sonne le clap de la fin de cette Fiv 2 qui m’est passée sous le nez sans rien comprendre.

Quel bilan va-t- on tirer ?… Je l’espère pas que du mauvais…

Une chose est sûre nous sommes au milieu de ces Fiv, et ça fait drôlement bizarre. Jamais une seule accroche qui pourrait me rassurer et me montrer  que la machine fonctionne. C’est dur, très dur.

On va je crois lâcher prise quelques temps avec la Pma. Pas d’essais avant un moment. On va essayer encore une fois de panser les plaies avec Chéri.

Refaire des examens, en pousser, voir ce que préconise notre Gynéco et ses consoeurs.

Une chose est sure c’est que je vais prendre soin de moi, de mon corps, pour qui c’est de plus en plus compliqué de vivre ces traitements qui lui en demande beaucoup. Je vais essayer aussi de reposer ma tête, elle en peut plus de tourner continuellement à se poser des questions.

Et puis on va retenter naturellement d’avoir ce bébé, les miracles arrivent bien, pourquoi pas nous?! Je n’ai maintenant  plus rien physiquement qui l’en empêche même si le résultat de ces essais PMA est loin d’être positif… Au fond nous n’avons jamais pu reéssayer depuis que ce fibrome a été enlevé car nous avons enchaîné les traitements, tentatives et échecs difficiles à supporter.

Aujourd’hui il fait soleil, un ciel bleu magnifique… On se croirait au printemps à Marseille, je me sens triste, très triste, mais j’ai quand même envie de sourire à cette belle journée et me laisser porter par ces rayons de soleil sur mon visage qui font du bien.

Allez je vais penser à Chéri et moi, c’est ce qui m’est le plus précieux, la suite attendra un peu…

Fiv 2 acte 4: THE transfert ou le transfert qui restera inoubliable !

Comme convenu le laboratoire devait nous appeler ce matin vers 8h30…

Hier, journée où je me suis bien occupée  histoire de ne pas trop penser et stresser au futur de nos petites cellules…

Nous nous sommes couchés hier en nous disant que nous venions de passer une journée sans appel du labo ce qui pouvait certainement être bon signe!

Ce matin j’étais bien sûr réveillée aux aurores attendant l’appel du laboratoire, vers 8h15.  » Nous vous attendons pour 11h »!! Yess il y a un transfert!

Après avoir pleuré toutes les larmes de joies de mon corps, je me suis préparée en m’interdisant de penser à combien d’embryons il allait nous rester…
Nous avons le sourire dans la voiture avec Chéri et je lâche un grand ouf…Une seconde étape de passée.

Nous arrivons pour 10h50, on ne nous fait pas patienter très longtemps. La biologiste arrive et nous conduit dans son bureau. Sur les 4 ovocytes ponctionné un a éclaté ( certainement trop gros lors de la ponction), 3 ont fécondé et un ne s’est pas développé. Les deux autres ont continué leurs développement hier mais… Il en reste plus qu’un. Un très bel embryon nous dit t- elle avec aucune fragmentation. On peut y croire et nous assure qu’au vu de sa division cellulaire un transfert à J2 ou J3 est pareil!( La dernière fois c’était à J3).

On se regarde avec Chéri on est heureux que celui là soit costaud. Nous avons donné naissance à un bel embryon… La biologiste nous explique aussi qu’au vu du nombre d’ovocytes prélevé et après fécondé nous sommes dans le ratio.

Nous allons à nouveau en salle d’attente et attendons la gynécologue de garde le samedi matin à la Pma. C’est celle qui a avait fait mon suivi lors de la stimulation fiv 1. La sage femme qui est avec elle a fait également tout le suivi de cette stimulation et suis heureuse de la retrouver. Elle met en confiance et est très rassurante.

On m’installe et la gynécologue lit le compte rendu de mon dernier transfert et voit qu’il faut utiliser une pince spéciale pour m’étirer le col… ( Je vous passe les douleurs !!). Mon col à plusieurs angles ce qui rend difficile les actes opératoires ( j’en ai fais les frais lors de mes deux opérations utérines), et les transferts. 

Heureusement le transfert se fait avec l’appareil à écho, mais la gynécologue n’arrive pas au point important de l’utérus, là ou elle veut déposer l’embryon pour maximiser les chances d’implantation. Mon col est compliqué à prendre mais en plus de ça mon ovaire gauche qui est haut suite à la stimulation appuye dessus et n’aide pas au passage du cathéter..  10 minutes se passent, 25 minutes , ça tire. J’ai l’impression que ça n’en finit pas. Elle fait tout cela en douceur mais je comprend que le passage semble plus que compliqué. Qu’est ce qu’il me fait mon corps surtout si prêt du but!

 Ma gynéco m’en avait déjà parlé après ma deuxième opération du passage compliqué de mon col qui avait rendu les opérations  compliqués, mais bon, juste aujourd’hui ça me rejoue des tours. La gynécologue finit par demander à la sage femme d’appeler ma gynéco Dr Magicienne qui est de garde à la maternité. 5 minutes après elle est là, me rassure, et m’explique pourquoi l’angle est compliqué à prendre avec le cathéter et l’importance d’être vraiment loin dans le col pour déposer l’embryon. On blague 5 minutes, nous parle de la possibilité au cas où de congeler l’embryon car de toute façon il est beau et là je sens que ça tire encore mais elle y est, elle est bien placée, là où elle voulait. 4 personnes autour de moi, quel bonheur, on oublie toute pudeur! La sage femme et ma gynéco me félicitent de mon self contrôle et de ma résistance à la douleur. ( Merci les filles, mais je crois que dans ces moments là nous avons une force qui nous aide à tout dépasser, surtout si prêt de notre but avec Chéri !).

La biologiste arrive avec notre poussin. Le transfert se fait sans problème, petit Poussin est bien déposé au creux de mon ventre. On surveille quand même qu’il ne soit pas restait dans le cathéter.Tout le monde autour de moi croise les doigts et on esr bon dit la biologiste. Ma gynéco est rassurante et me dit que la difficulté du transfert n’influe en aucun cas sur les chances de nidation. On souffle… Trois quarts d’ heure de transfert !! Quelqu’un a fait mieux ??!

Durant tout ce temps Chéri était à mes côté, à me soutenir, j’ai senti que c’était dur pour lui de voir tout ça, mais heureusement qu’il était là, sa présence était rassurante! Mon dieu que je l’aime…Je suis heureuse d’avoir partager ce moment avec lui et je croise tellement pour que ce transfert porte ses fruits..

15 minutes de repos, arrêt de travail en main et nous voilà repartis de la Pma pour aller nous faire un petit resto après ce moment d’intense émotion.

Petit poussin est bien au chaud maintenant.On croit en lui avec Chéri..

Résultat dans 15 jours pour nos 7 ans de rencontre…

Et j’en profite pour vous dire un grand merci un toutes pour vos gentils messages et toutes les bonnes ondes que vous nous avez envoyés ces derniers jours ❤

Fiv 2 acte 3: la Ponction ou l’ascenseur émotionnel…

À l’heure où je vous écris je suis chez moi tranquillement à essayer de prendre du recul sur ces deux dernières journées qui ont été fortes en émotions.

Le stress du passage au bloc, le début des choses vraiment sérieuses pour notre Fiv, et certainement les hormones qui n’aident pas à gérer certains événements ou émotions qui sont desuite décuplées ont été difficiles à vivre mais j’ai survécu !

J’ai voulu volontairement m’occuper à fond hier, me connaissant je savais que cette veille de ponction serait un peu dure pour moi d’autant plus que je ne travaillais pas. J’ai donc passé une partie de la journée avec ma petite Maman, qui m’a permis de me déstresser… Mais en rentrant le stress et les angoisses ont repris. Un bon bain ( à la bétadine) et un bon repas choisi par Chéri, j’ai réussi à un peu me changer les idées. 

Le réveil sonne à 5h45, et là mon cerveau se met desuite en marche!! Aïe aïe aïe ! Je me lève histoire de m’activer et passer à autre chose et en avant pour une deuxième douche à la bétadine. On se prépare avec Chéri et nous arrivons à 6h55 à l’hôpital. La sage femme nous accueille, me prend la tension un petit 15 …Et oui c’est tout moi, l’hôpital et un passage au bloc je stresse ! Elle me propose l’Atarax pour me détendre, ohhh que oui! Et nous conduit après tout rempli dans la chambre. Je suis la première à passer au bloc. On vient me chercher vers 8h. Arrivée au bloc je retrouve un endroit qui m’est plus que familier à force ( merci les opérations et la Ponction !) Et me voilà accueilli par une adorable infirmière de bloc, qui me met desuite à l’aise. Je me sens totalement détendue ( l’Atarax doit aussi bien m’aider!).

Elle m’explique deux , trois trucs, me redemande si je suis toujours d’accord pour l’anesthésie locale, oh que oui!

Cinq minutes après me voilà partis au bloc. On m’installe , me fait la toilette et me voilà en position pour démarrer. Étonnamment je me sens bien! Ma respiration est très calme. La gynéco arrive, je l’avais eu pour mon hysteroscopie. On parle quelques minutes, elle me demande si je veux savoir ce qu’elle fait et tout suivre à l’écran. Je préfère !

Elle me pique, me fait l’anesthésie. C’est plus que supportable. Et on y va. Elle est très douce, me montre ce qu’elle fait. C’est parti pour L’ovaire droit. L’ovaire gauche est un peu haut, elle me demande de changer  de position pour ne pas avoir mal en prenant une grande inspiration et tout se passe bien. Ça me tire un peu, mais ça va. Elle a rempli 6 tubes! Je crois qu’il y en avait plus la dernière fois, mais on verra. 

Dix minutes après je suis dans ma chambre…Point positif je me sens bien. Ça tire mais c’est plus que gérable. Je me languis de rentrer. 

Chéri est au labo. On lui a remis la malette avec mes petits ovocytes, il attend.

Le laboratoire analyse mes follicules.. il y a seulement quatre ovocytes… Un a semble t il éclaté à l’aspiration, il était apparemment trop gros. Il en reste plus que trois. Petit coup de massue… On pensait qu’il y en aurait plus, surtout après la première Fiv et le changement de protocole. Chéri fait son recueil et revient. Nous rentrons, nous nous reposons et sommes réveillés par l’appel du laboratoire qui nous prévient que les 3 ovocytes ont fécondé. Ouf c’est déjà ça de gagné ! Je relâche un peu la pression.

Le transfert se fera apparemment samedi matin. Combien il y en aura on sait pas, mais je crois que je vais apprendre à me laisser porter car sinon cela sera invivable et comme on me l’a si bien conseillé,  je vais surtout penser pour les jours à venir à Chéri et moi, cela m’aidera à dépasser ce qui peut être compliqué. Il est ma force.

Cette journée fût difficile émotionnellement, j’ai l’impression d’être passé par tous les sentiments possibles et inimaginables, mais je veux croire et me dire que ça va aller ! Je me refuse de penser à la suite, et vais essayer de vivre un jour après l’autre. 

Et puis on veut de la qualité tant pis pour la quantité ! Il y en a eu que trois mais on a eu la chance d’avoir ces trois ovocytes qui ont pris quand je pense à certains couples.

Vivement samedi de savoir ce qu’il en est quand même et des pensées pour nos petites cellules qui sont au chaud et qui je l’espère prennent des forces pour nous surprendre.

J’en profite pour remercier ces médecins, sages femmes et autres soignants qui ont été une fois de plus aujourd’hui au top, à l’écoutes, bienveillants et présents. Notre quotidien en Pma n’est pas facile, mais lorsqu’on est pris en charge par des gens aussi humains et professionnels, cela change tout dans cette aventure ❤

Fiv 2 acte 3 : en route pour la ponction…

Après un weekend plutôt occupé et cocooning avec Chéri, me voilà partie ce matin en route pour l’hôpital pour un énième contrôle…

Comme toujours j’arrive dans les premières , je m’installe à une place stratégique qui me permet d’avoir une vision globale sur tout ce qui se passe dans la salle d’attente et dans le service. J’adore observer en vrai fille que je suis! Comme à la plage quoi..!!

Je retrouve deux camarades de stimulation ce matin qui étaient également là jeudi. Une est avec son compagnon elle semble fatiguée et particulièrement stressée…

Puis je me replonge dans mon téléphone un moment et relève la tête à l’entrée d’une personne. Je me retrouve nez à nez avec une ancienne collègue de formation d’éduc’ ! 

Je lui sors la phrase bateau  » mais qu’est ce que tu fais là ??? » ( Bien sûr que je le sais qu’elle idiote je fais!), et nous voilà que nous nous mettons à parler de nos problèmes réciproques qui nous font nous retrouver dans cette salle d’attente ! On m’appelle pour la prise de sang et une fois faite nous nous retrouvons à nouveau à évoquer nos années d’école, d’atelier d’expression corporelle que nous avions monté , à échanger autour de personnes qui sont toujours dans ma vie et qui sont devenus trois amies très proches! Retour en arrière de 7 ans… Ça fait du bien d’évoquer tout cela, ça me rappelle une belle période de ma vie avant que je rencontre Chéri. Mes années étudiante… quels supers souvenirs…Les années d’insouciances, de rencontres, de sorties…De belles années quand j’y repense !

L’attente est du coup assez rapide ce matin! Au bout d’une heure on m’appelle pour l’échographie. Allez hop le pantalon, bottines et chaussettes enlevées ( oui, je garde un peu de féminité même quand j’ai les deux jambes en l’air !). La gynéco démarre l’écho, comme toujours le long silence pendant qu’elle mesure tout. Puis elle me dit : -« on est pas trop mal là, ça a plutôt bien grossi,  je dirais une ponction mercredi ou jeudi »… Presque je m’étouffe!

– » mercredi ou jeudiiiiii??? « Mais comment c’est possible mon corps qui s’est montré paresseux, avec mon amh pas top, il s’est enfin bougé les fesses?? »… Suis pas habitué à cela moi! 

Enfin une bonne surprise depuis deux protocoles. Moi qui pensais revenir pour un énième contrôle et une ponction samedi ou en début de semaine prochaine je me retrouve dans les clous de mon protocole!

 Je ne mettais pas du tout préparé à ce scénario mais tant mieux, ça approche plus vite que prévu et cela va me permettre de moins me prendre la tête avant! Cette Fiv m’aura quand même bien surprise sur de nombreux plans et tant mieux. Je préfère que les choses se passent ainsi. En tout cas, on est pas trop mal au niveau du nouveau protocole que m’avait concocté Dr Magicienne…Il a plutôt bien correspondu à mon corps.

Je pars de hôpital, et la gynéco me dit comme toujours que la sage femme me téléphone en début d’après-midi pour croiser les résultats de l’échographie avec ceux de la prise de sang et me dire la marche à suivre pour la suite.

Et puis sur le retour de l’hôpital j’étais dans ma voiture et j’ai enfin réalisé que nous étions aux portes de cette deuxième Fiv tant attendue. Alors que je me suis beaucoup protégée dernièrement en essayant de ne rien anticiper ( comme je peux souvent le faire, en voyant surtout le négatif !),en m’occupant énormement l’esprit, je suis arrivée à cette ponction sans rien comprendre. Tant mieux…

Et surtout il y a eu en moi une sorte de déclic tout à l’heure. L’espoir que ça marche est plus que jamais là et même si je me protège, je recommence à m’autoriser à penser qu’en fin de semaine ou début de semaine prochaine je serais peut être potentiellement enceinte.

Voilà des mois que je n’arrivais plus à rêver ou imaginer  tout cela.

Allez on se laisse porter avec Chéri, on ne peut plus rien faire de plus maintenant à part y croire à nouveau et se dire que notre chance va peut être enfin tourner…

Vers 14h la sage femme toute gentillette m’a appelé pour me confirmer que la ponction aurait lieu jeudi, déclenchement demain soir , ils m’appellent demain midi pour me dire l’heure. Ce soir c’est ma dernière dose de Ménopur et je croise fort les doigts de ne plus jamais avoir à y retoucher…

Maintenant, on va s’occuper jusqu’à jeudi!

Fiv 2 acte 2 : stimulation…Un scénario similaire !

Une semaine de stimulation! Ça avance… Ça avance oui mais encore doucement.

Hier soir, alors que nous faisions l’injection de Ménopur, je dis à Chéri, c’est fou j’ai pas l’impression d’être en stimulation car je ne ressens rien au niveau des ovaires… Comment vous dire que j’aurai du fermer ma bouche au lieu de parler trop vite! ( Encore une fois, tiens!!)

Réveil en fanfare cette nuit par des nausées d’un autre monde ( je suis en plus une phoebique des vomissements, alors je vous laisse imaginer comme je peux me sentir mal quand les nausées démarrent….)… Et puis me voilà prise de tiraillements,  douleurs ovariennes !! Bon, bon, bon. Me voilà bien! Heureusement dans quelques heures je vais à l’hôpital pour mon rendez-vous afin de contrôler ma stimulation, je saurais ce qui se passe. Je peine à me rendormir, et voilà mon réveil qui sonne. Les nausées se sont un peu calmer mais les douleurs non. On dirait qu’un feu d’artifice se passe dans mon ventre tellement ça tiraille de tous les côtés.

Je me prépare rapido et arrive cette fois un peu plus tard. Je ne suis pas dans les premières patientes. Je devrais attendre mais c’est pas grave j’attendrai j’ai ma journée. Je me languis de rentrer pour me reposer quand même.

Beaucoup de monde ce matin en salle d’attente. Je retrouve une femme de mon âge qui étais en stimulation aussi durant ma première Fiv. Nous nous reconnaissons…elle me dit qu’elle aussi est en Fiv 2 maintenant.

On m’appelle pour la prise de sang. La sage femme me redemande si je suis toujours d’accord comme pour la première fois pour une ponction en locale. Bien sûr que je le suis! J’ai suffisamment eu d’anesthésie générale l’année dernière et n’est quasiment pas souffert de cette ponction même si je sais que chaque ponction est différente.

Je lui explique mes douleurs de cette nuits…Le Ménopur en serait la cause! Le vilain…

Je retourne m’asseoir, on m’appelle pour l’échographie. J’explique à la gynécologue ce que j’ai eu cette nuit, c’est un des premiers effets secondaires du Ménopur…Le bonheeeeeur ! En espérant cela que se tasse un peu.

Elle me fait l’écho et comme à ma première stimulation mes ovaires se montrent paresseux… Ils bossent mais en retard! Plusieurs petits follicules à gauche et trois beaux à droite de très bonne taille. L’ostéopathe semble néanmoins avoir fait du bon boulot pour mon ovaire droit, puisque cette fois il réagit mieux. Pour ce qui est de mes petits follicules, je me dis que même s’ils sont longs à se mettre en route, ça avance! De toute façon avec ma réserve ovarienne pas très haute, je ne peux pas rêver non plus à de nombreux follicules, on est donc pas trop mal! Puis comme me dit ma gynéco et m’a dit une certaine Souris… » C’est la qualité qui compte pas le nombre »! D’où le choix du Ménopur pour cette stimulation.

Je suis donc bonne pour revenir lundi et je continue le Ménopur à 300. Comme une impression de revivre le même scénario qu’à ma première Fiv: une longue stimulation qui n’en finit plus! Mais à mon avis on se rapproche quand même de la ponction.

Niveau moral , on est pas trop mal. Je me change beaucoup les idées, et je me suis même surprise en début de semaine pendant que je commandais le reste de mon traitement à me rendre compte qu’il ne me reste  plus que 6 jours de stimulation..La ponction est dans pas trop longtemps, on va commander Ovitrelle. Peut être que j’ai réussi à enfin prendre, un peu de distance avec cette Fiv, et à apprendre à mieux gérer mes angoisses…Merci Madame la psychologue ! Que cela continue le plus longtemps possible, même si les hormones commencent à se jouer de moi…

Allez les P’tits Chéris au travail, on vous attend en forme et de bonne taille lundi pour l’écho !

Fiv 2 acte 2: quand le Ménopur entre en scène

Je terminais mon dernier article sur mes règles qui n’étaient pas arrivées et sur le fait que je devais être bien bloquée… Et bien, j’aurais du me taire!

Lundi matin, grosse douleur au bas du ventre, aïe, des pertes, et quelques heures après elles étaient là.

Moment de stress: en plein blocage avec le décapeptyl je ne pensais pas que les règles pouvaient se déclencher. D’autant qu’à mon premier protocole elles n’étaient pas arrivées. Tout me passe par la tête, je me pose cinquante questions à la minute et surtout me demande si le blocage a bien fonctionné si elles sont là…( c’est bien connu dans ces moments là, nous avons beau essayé de nous raisonner nous devenons des championnes du  » psychotage » !).

Afin de me rassurer vite , j’envoie un mail à ma gynéco et appelle les sages femmes qui me rassurent et me disent que cela peut arriver ce n’est pas grave. Quelques heures après gynéco Magicienne me rappelle et me confirme que ce n’est pas inquiétant que mes règles soient arrivées, nous verrons tout cela à l’écho de jeudi.

Trois jours passent, même rassurée je croise fort les doigts au fond de moi pour que tout aille bien à l’écho.

Hier matin me voilà donc partie, à l’hôpital assez tôt ( 7h), pour passer ma prise de sang et mon échographie. Je suis une des premières à mon arrivée, je ne patiente pas trop. La sage femme qui fait ma prise de sang, me demande comment je vais , fait le point sur mon protocole et me rassure à nouveau au niveau de mes règles. Comme il est fort probable que je démarre le Ménopur le soir elle me remontre comment le préparer afin que j’explique tout bien à Chéri pour l’injection.

Prise de sang faite, je retourne dans la salle d’attente qui c’était bien remplie durant mon absence. J’attend pour mon échographie. J’aime ce moment car même si je navigue sur mon téléphone, j’observe les autres patientes et j’en profite pour imaginer où elles en sont, si c’est leurs premier protocole ( chose qu’on peut vite remarquer, à leurs façon d’observer ou d’essayer d’engager la conversation). Il y a celles accompagnés de leurs maris ou de leurs mère, et celles comme moi qui essaient de se détacher de tout ça, qui savent mais qui une fois en salle d’attente commencent à malgré tout avoir un petit stress qui augmente car on sait que beaucoup de choses peuvent basculer durant un traitement.

Très vite je suis appelée par la gynécologue qui s’occupe des échographies aujourd’hui. Je l’avais déjà eu lors de mon premier protocole. Elle est assez douce et avenante.

Elle me demande de m’installer et comme à chaque échographie que je passe me demande si depuis mon opération du fibrome je ne ressens pas trop de douleurs lorsque j’ai mes règles. Elle me propose avant tout de contrôler qu’il ne soit pas revenu. ( J’explique cela car je prend vraiment conscience que s’ils font très attention à cet ancien problème qui m’a empoisonné la vie pendant un moment, c’est qu’il doit être écrit en gros sur mon dossier et qu’il aurait vraiment été problématique pour une Fiv s’il n’avait pas été enlevé. Cela me rassure aussi de voir cette super communication  entre ma gynéco et ses confrères malgré que je sois dans un hôpital public).

Une fois l’absence de mon fibrome vu , la gynéco observe que mes ovaires sont très petits ( donc certainement bloqués) mais que mon endomètre est déjà à 5 mm…Elle a donc un doute sur le blocage, à savoir s’il est complètement fait. Seule la prise de sang le confirmera. Allez c’est parti me voilà encore à attendre et me demander à quelle sauce je vais être manger !!! C’est vraiment la partie que je déteste durant le protocole car bien souvent à ces examens j’ai toujours quelque chose qui ne va pas. Et même si j’essaie comme là  de prendre un maximum de distance il y a un moment où ce n’est plus possible. Me voilà donc sortie avec plein de doutes pour la suite…

Comme je dois attendre leurs coup de téléphone et que j’ai ma journée ,je m’en vais donc faire les magasins. Cela va me permettre de me déstresser et surtout de me changer les idées ( c’est quand même une des meilleures thérapies! Il n’y a pas à dire!).

À peine arrivée chez moi mon téléphone sonne. La sage femme me dit, c’est bon il n’y a plus de doute la prise de sang l’a confirmé vous êtes bien bloquée…Vous démarrez le Ménopur ce soir à 300, et continuez le Décapeptyl mais cette fois à 0,5!

Premier injection de Ménopur faite hier soir. Nous voulions nous faire un ciné après mais je commence à être fatiguée en ce moment, du coup Chéri m’a préparé un bon repas! ( J’ai un super chef cuisto à la maison !!).

Je suis passée hier par des petits moments de stress car je sais que ça y est on approche de tout, la ponction, le transfert et.. et..Le résultat de tout cela! Les choses sérieuses ont commencé. Je suis à la fois contente, car je me languissais de démarrer cette deuxième Fiv, mais je connais maintenant les périodes que l’on va passer alors…Quand le stress revient en moi et que mon esprit se met à PENSER j’essaie de l’arrêter pour vivre chaque jour comme ils viennent. Mais c’est pas facile! D’autant qu’à mon avis les hormones ne nous aident pas dans cette histoire et même avec la meilleure volonté du monde! Alors je garde en tête et me répète souvent le bilan néanmoins positif ( malgré les deux échecs) de la première Fiv. Cela me rappelle qu’on a raison d’y croire avec Chéri et que je dois rester avant tout positive pour la suite. Allez on avance petit à petit…