Fiv 2 acte 2: quand le Ménopur entre en scène

Je terminais mon dernier article sur mes règles qui n’étaient pas arrivées et sur le fait que je devais être bien bloquée… Et bien, j’aurais du me taire!

Lundi matin, grosse douleur au bas du ventre, aïe, des pertes, et quelques heures après elles étaient là.

Moment de stress: en plein blocage avec le décapeptyl je ne pensais pas que les règles pouvaient se déclencher. D’autant qu’à mon premier protocole elles n’étaient pas arrivées. Tout me passe par la tête, je me pose cinquante questions à la minute et surtout me demande si le blocage a bien fonctionné si elles sont là…( c’est bien connu dans ces moments là, nous avons beau essayé de nous raisonner nous devenons des championnes du  » psychotage » !).

Afin de me rassurer vite , j’envoie un mail à ma gynéco et appelle les sages femmes qui me rassurent et me disent que cela peut arriver ce n’est pas grave. Quelques heures après gynéco Magicienne me rappelle et me confirme que ce n’est pas inquiétant que mes règles soient arrivées, nous verrons tout cela à l’écho de jeudi.

Trois jours passent, même rassurée je croise fort les doigts au fond de moi pour que tout aille bien à l’écho.

Hier matin me voilà donc partie, à l’hôpital assez tôt ( 7h), pour passer ma prise de sang et mon échographie. Je suis une des premières à mon arrivée, je ne patiente pas trop. La sage femme qui fait ma prise de sang, me demande comment je vais , fait le point sur mon protocole et me rassure à nouveau au niveau de mes règles. Comme il est fort probable que je démarre le Ménopur le soir elle me remontre comment le préparer afin que j’explique tout bien à Chéri pour l’injection.

Prise de sang faite, je retourne dans la salle d’attente qui c’était bien remplie durant mon absence. J’attend pour mon échographie. J’aime ce moment car même si je navigue sur mon téléphone, j’observe les autres patientes et j’en profite pour imaginer où elles en sont, si c’est leurs premier protocole ( chose qu’on peut vite remarquer, à leurs façon d’observer ou d’essayer d’engager la conversation). Il y a celles accompagnés de leurs maris ou de leurs mère, et celles comme moi qui essaient de se détacher de tout ça, qui savent mais qui une fois en salle d’attente commencent à malgré tout avoir un petit stress qui augmente car on sait que beaucoup de choses peuvent basculer durant un traitement.

Très vite je suis appelée par la gynécologue qui s’occupe des échographies aujourd’hui. Je l’avais déjà eu lors de mon premier protocole. Elle est assez douce et avenante.

Elle me demande de m’installer et comme à chaque échographie que je passe me demande si depuis mon opération du fibrome je ne ressens pas trop de douleurs lorsque j’ai mes règles. Elle me propose avant tout de contrôler qu’il ne soit pas revenu. ( J’explique cela car je prend vraiment conscience que s’ils font très attention à cet ancien problème qui m’a empoisonné la vie pendant un moment, c’est qu’il doit être écrit en gros sur mon dossier et qu’il aurait vraiment été problématique pour une Fiv s’il n’avait pas été enlevé. Cela me rassure aussi de voir cette super communication  entre ma gynéco et ses confrères malgré que je sois dans un hôpital public).

Une fois l’absence de mon fibrome vu , la gynéco observe que mes ovaires sont très petits ( donc certainement bloqués) mais que mon endomètre est déjà à 5 mm…Elle a donc un doute sur le blocage, à savoir s’il est complètement fait. Seule la prise de sang le confirmera. Allez c’est parti me voilà encore à attendre et me demander à quelle sauce je vais être manger !!! C’est vraiment la partie que je déteste durant le protocole car bien souvent à ces examens j’ai toujours quelque chose qui ne va pas. Et même si j’essaie comme là  de prendre un maximum de distance il y a un moment où ce n’est plus possible. Me voilà donc sortie avec plein de doutes pour la suite…

Comme je dois attendre leurs coup de téléphone et que j’ai ma journée ,je m’en vais donc faire les magasins. Cela va me permettre de me déstresser et surtout de me changer les idées ( c’est quand même une des meilleures thérapies! Il n’y a pas à dire!).

À peine arrivée chez moi mon téléphone sonne. La sage femme me dit, c’est bon il n’y a plus de doute la prise de sang l’a confirmé vous êtes bien bloquée…Vous démarrez le Ménopur ce soir à 300, et continuez le Décapeptyl mais cette fois à 0,5!

Premier injection de Ménopur faite hier soir. Nous voulions nous faire un ciné après mais je commence à être fatiguée en ce moment, du coup Chéri m’a préparé un bon repas! ( J’ai un super chef cuisto à la maison !!).

Je suis passée hier par des petits moments de stress car je sais que ça y est on approche de tout, la ponction, le transfert et.. et..Le résultat de tout cela! Les choses sérieuses ont commencé. Je suis à la fois contente, car je me languissais de démarrer cette deuxième Fiv, mais je connais maintenant les périodes que l’on va passer alors…Quand le stress revient en moi et que mon esprit se met à PENSER j’essaie de l’arrêter pour vivre chaque jour comme ils viennent. Mais c’est pas facile! D’autant qu’à mon avis les hormones ne nous aident pas dans cette histoire et même avec la meilleure volonté du monde! Alors je garde en tête et me répète souvent le bilan néanmoins positif ( malgré les deux échecs) de la première Fiv. Cela me rappelle qu’on a raison d’y croire avec Chéri et que je dois rester avant tout positive pour la suite. Allez on avance petit à petit…

Publicités

Concilier sa vie et la Pma

​Il y a des années de cela lorsque j’ai rencontré mon mari, et que je pensais à notre future famille, j’imaginais ce moment où l’on déciderait d’avoir nos enfants, tout irait très vite, comme pour les autres. 

Et puis nous sommes ce couple.

Ce couple qui se retrouve en infertilité, qui fait face aux traitements, échecs, qui aimerait tout comprendre, se dire que bientôt tout ira bien mais qui ne le peut.

Nous sommes ce couple qui attend, patiente, ( rêve), espère, rebondit et qui rythme sa vie avec la Pma. 

Bien sûr nous ne vivons pas que Pma…Mais nous apprenons à vivre avec.

Je met cette nuance car je discutais hier avec une personne de mon travail qui était en arrêt depuis longtemps et qui a fait son grand retour (avec sa délicatesse légendaire) . Nous parlions de cet été avec elle et une autre collègue et j’évoquais l’éventuel voyage que l’on se tâte à faire avec Chéri pour ses 35 ans et nos 5 ans de mariage. J’expliquais qu’il nous faudrait certainement suspendre nos essais durant quelques mois si jamais je n’étais toujours pas enceinte. Cette dernière m’a donc sortie la phrase qu’on connait toutes et qui nous exaspère… (Roulement de tambours ) » Faites le votre voyage, ce n’est pas bon de vivre qu’ en fonction de la Pma, tu sais  c’est souvent dans ces moments là que bébé arrive »… Sauf qu’en Pma certaines choses se calculent même avec la meilleure volonté du monde. On ne fait pas tout cela sur un coup de tête, et les voyages pour faire venir bébé on connait cela ne nous réussi pas avec Chéri ! ( imaginez ma tête suite à sa phrase, alors que je suis en plein protocole…).

Cette semaine fût longue et difficile à mon travail,  j’étais assez fatiguée. Les enfants étaient compliqués… J’ai donc vu rouge!

J’avais deux options : 

 M’énerver et lui expliquer à nouveau l’année que je viens de passer, mais elle le sait. ( Je ne dis pas que les autres ne vivent pas de difficultés et de problèmes mais des fois j’aimerais que les gens viennent vivre deux secondes notre quotidien et son lot de soucis avant d’ouvrir leurs bouche et sortir ce genre de phrases qu’on en peut plus d’entendre..).  

J’aurai donc pu en profiter pour lui expliquer ce qu’est le quotidien d’un couple en Pma où beaucoup de choses s’organisent  en fonction de notre cycle qui nous joue des tours, des examens, des protocoles Fiv. C’est pour cela que même notre voyage nous devons le calculer entre nos protocoles et nos vacances scolaires auxquelles nous sommes soumis tous les deux. Qu’elle vive mon quotidien. Tout n’est pas si simple. Alors qu’elle, elle a ses beaux enfants qui l’a gonflent comme elle le dit,  le soir à lui demander de les aider pour leurs devoir. Je demanderais que cela moi. Et elle ose me dire cela… J’étais folle !

J’aurai pu tout lui déballer mais non ce n’était pas le lieu ni le moment, il y avait les enfants. J’ai pris comme toujours sur moi, car je me sens des fois selon les personnes incomprise.

J’ai donc soufflé pris mon plus beau sourire, lui est dit  » c’est vrai tu as raison mais dans la machine Pma on se laisse vite embarquer dedans » et suis sortie de la pièce ravaler ma rage qui s’est transformé en larmes et suis allée passer 10 minutes aux WC pour souffler.

Au vu de la semaine que j’ai passé au travail mon homme m’a proposé d’aller manger au resto le soir. On ne s’était pas fait notre soirée restaurant le jeudi soir ( c’est notre rituel depuis mon premier protocole nous fêtons chaque semaine de protocole passée autour d’un bon repas, histoire de nous encourager pour la suite).

Moment de détente qui me fait du bien, je m’étais faite toute belle après un bon bain.. décompression totale.

Je lui raconte au cours du repas cette semaine au boulot si difficile. La difficulté du service actuellement, la fatigue qui peut être prend un peu de place aussi. J’avais besoin d’évacuer tout ce qui me questionnait car en ce moment je ne me sens pas une bonne professionnelle pour les enfants et cela me contrarie. Chéri est toujours de bon conseil. ( Lui aussi est éducateur..). Puis vers la fin de notre soirée, je lui raconte la phrase que ma sortie ma collègue. Étant quelqu’un qui passe ma vie à me remettre en question, je lui demande  » tu crois qu’elle a raison, on vit que pour la Pma?? ». Chéri ne pense pas , même si elle prend beaucoup de place nous avons appris à vivons avec, on ne peut pas faire autrement. A certains moments bien sûr elle prend un peu plus de place. Mais lui me rejoint nous ne mettons en aucun cas notre vie de côté. Nous essayons de vivre, de profiter comme on le peut mais surtout,nous essayons de concilier les deux. Alors je garderais cette phrase de mon homme qui est très juste : nous concilions les deux. 

Ce moment à deux m’ a fait du bien.

Puis sur le retour nous avons discuté de tout ces projets, rêves qui ont changé, qui se sont modifiés depuis 3 ans d’essais bébé et 1 et an et demi de parcours Pma.

Cette vie que l’on partage avec la Pma, (pardon )que l’on concilie prend des fois un peu plus de place surtout quand la machine des protocoles est lancée.

Puis on profite du calme entre deux traitements pour profiter et recharger les batteries pour la suite. Seulement au coin de notre tête raisonne toujours les mots bébé et Pma. Cela devient viscéral , comment faire autrement.

Mais des fois  bien que l’on soit gonflé d’espoir et de positivité, des discussions, des situations nous rappellent notre quotidien et ses difficultés. Alors on fait tout pour vite les oublier et se concentrer sur l’essentiel c’est à dire ce qui nous attend et ce qui nous aide à tenir. Actuellement je me rend compte que « cette Pma » nous a mis plus qu’à rude épreuve avec Chéri mais  elle nous a aussi montré la force de notre couple. Bien sûr j’aurais aimé le mesurer autrement, mais c’est ainsi…

Alors je voulais par cette réflexion d’hier soir vous dire qu’on est quand même sacrément forte les filles!

 Notre vie avec Chéri a énormément changé, notre façon de l’envisager aussi. Je n’imaginais vraiment pas devoir passer par tout cela pour avoir notre enfant, il y a 5 ans lorsqu’on s’est marié. À l’ époque lorsqu’on me parlait de bébés éprouvettes c’étaient pour les autres, mais la vie en a décidé autrement. 

La finalité de cette journée est que nous avons décidé avec Chéri de fêter nos 5 ans de mariage en Juin entourés de nos proches. Car avec tout ce que l’on traverse s’il y a bien quelque chose que nous désirons plus que jamais fêter à nouveau et qui prend encore plus de sens en ce moment c’est notre Amour. 

( Cela est venu après que j’ai dis à Chéri que si l’on devait se remarier à ce jour notre mariage prendrait encore plus de sens qu’il y a 5 ans en arrière).

Cela nous fera un but, un moment de festivités à partager avec ceux qu’on aime. ( Avec l’espoir au fond de moi que certaines choses auront changé d’ici là pour nous…).

Maintenant repos. Cette semaine fût vraiment longue,  vivement jeudi mon prochain examen. J’espère maintenant que mon corps est bien travaillé…Mais je pense que oui. Le blocage semble être fait : mes règles ne sont pas arrivées…Cela s’annonce plutôt bien!

Protocole Fiv 2, déjà une semaine 

Une semaine que nous avons redémarré nos piqûres quotidiennes du soir. Entre 19h/19h30… 

Cette fois, nous nous prenons moins la tête comparé au premier protocole où nous étions stressés pour un rien!

Et j’ai envie de dire tant mieux que nous vivions ce traitement ainsi car dès le premier jour, BIM!!! La chance n’était pas avec nous…

Chéri prépare le traitement, aspire tout avec la grande aiguille de la seringue, change l’aiguille met celle pour piqûer, me pique tout doucement et là vers la fin de la piqûre l’embout s’ouvre et le liquide nous éclabousse ! Nous regardons  j’ai eu à peu près deux tiers de l’injection donc pas de panique, on souffle… Je sais que le blocage se fait sur 15 jours, je me dit que ce n’est pas une petite injection qui va faire capoter tout mon protocole. À la fin j’aurai droit à une petite échographie et une prise de sang. Au pire on me prolongera le blocage. Je demande quand même l’avis à mes copines Pmettes sur Fb, qui me rassurent…Elles sont du même avis que moi. Chéri me dit quand même le lendemain de prévenir la Pma, ce que je fais pour que cela soit au moins inscrit sur mon dossier, et avoir leurs avis ( quand même !). La sage femme en parle au médecin, elle m’explique que nous avons droit à deux injections qui ne fonctionnent pas durant le traitement… Ça ne devrait pas avoir trop d’incidences ! Tout va bien , nous avons eu raison avec Chéri de garder notre zen attitude. Et la je remercie le ciel ne pas nous avoir fait vivre cela au cours du premier protocole!!!

J’ose à peine imaginer la panique totale que cela aurait été !

Le lendemain j’ai eu une nouvelle infirmière…ma petite Maman. Chéri avait quelque chose d’important qu’il ne pouvait pas manquer. J’ai donc demandé à la deuxième personne en qui j’ai le plus confiance de me faire ma petite injection…Comme toujours elle s’est sentie de relever le défi, à relever les manches et y est arrivée brillamment ! J’étais fière d’elle et aussi fière d’avoir partager ce petit moment si important dans ma vie avec ma Mère…

Depuis tout se passe bien. Chéri me pique comme un chef, avec toujours beaucoup de douceur et d’assurance. 

Comme je l’avais pressentis nous vivons ce protocole totalement différemment. La Pma prend un peu moins de place que la première fois. Et tant mieux!

Nous arrivons pour l’instant à nous protéger et que cela dure le plus longtemps possible…

Nos semaines sont occupées, nous voyons du monde et c’est le meilleur moyen je crois de se changer les idées.

Néanmoins, côtés effets secondaires je sens que des choses commencent à se passer en moi… Hier je n’ai rien compris, les enfants au travail étaient très difficiles, je me sentais fatiguée et je je me suis écroulée en pleurs devant une situation compliquée. Les vannes étaient ouvertes et difficiles à refermer ! J’ai pris 10 minutes pour moi, mes collègues étaient là et assez compréhensifs heureusement pour moi.

Et aujourd’hui mon estomac commence à me jouer des tours… Aie! Même scénario qu’à mon premier protocole.

Alors je me répète  » je connais, mon corps sais,je suis forte, ce n’est pas grave et le meilleur est à venir! » 

Restons dans la « positive attitude »(Tiens cela me fait penser à une chanson !).

Fiv 2 Acte 1: protocole long… Début des hostilités !

On y est J-1, demain on est reparti dans un protocole long avec Chéri pour notre Fiv Icsi 2! Un mois de traitement !

Première partie du traitement : en avant pour  15 jours de blocage du cycle, retour du Décapeptyl… Puis rendez-vous prévu le 26 Janvier échographie/ prise de sang avant d’avoir le feu vert des 15 autres jours de stimulation.

Mais avant ça :

➡ Listing de tout le matos  ✔
 -On est bon ! La pharmacienne m’a tout bien préparé.

-Découverte de nouvelles petites seringues.. je sens qu’on va pas être trop copine toutes les deux!!

C’est du coup encore Chéri qui va y coller!

 ➡Préparation mentale pour les piqûres ✔
Dur dur pour moi avec la seringue de m’injecter tout cela dans mon bide.

Chéri va faire mon infirmier pendant un mois.. il est doux , prépare cela très bien! C’est sa partie à lui dans cette Fiv… Et je suis plutôt contente qu’il y participe ainsi.

➡Petit cahier acheté pour tout noter✔

Il m’avait bien aidé au cours de la dernière Fiv…J’y notais tout: pensées, humeurs, questions, rendez-vous…C’est important pour moi d’avoir une trace de tout ce qu’on vit.

➡Horaires du boulot modifiées pour les piqûres ✔

Travaillant en internat pas possible de faire les piqûres le soir là bas.. mon adorable chef à tout modifié pour un mois et gentils collègues ont gentiment changé leurs horaires pour moi.

C’est top de pouvoir vivre tout cela dans ces conditions !

➡ État d’esprit J-1 Fiv 2 :

Étonnamment bien! J’y crois, je me sens plutôt bien.. mais j’ai pris beaucoup de distance, enfin je m’exprime mal j’ai moins d’appréhensions et me prend moins la tête plutôt! Merci les dernières bonnes nouvelles juste avant la Fiv ( meilleur spermogramme qui fut notre première bonne nouvelle de 2017…Alors on y croit!)

 Cette fois je sais, je connais la période qu’on va vivre,  c’est donc plus simple et finalement tant mieux d’avoir changé d’état d’esprit au cours de ces derniers mois. Je ressens moins de poids et de questionnements au fond de moi. Je croise les doigts maintenant pour que cela dure et que les hormones ne fassent pas trop des leurs…

Et surtout je garde en tête que :
Je suis forte, motivée, je fais confiance en ma Dr Magicienne, j’y recrois ( il y a eu des choses positives durant Fiv 1), et surtout nous sommes une bonne équipe avec Chéri. C’est le plus important!
Tout va bien se passer! 
Et dans tous les cas c’est un pas de plus vers notre futur bonheur.

C’est ce que je retiendrais de cette dernière Fiv!


Une nouvelle année qui démarre accompagnée de plein d’espoirs

La trêve de Noël a fait du bien! La tête dans les fêtes, les vacances en Alsace, le passage à l’année 2017 ( avec plein de bonnes résolutions !), la reprise du boulot… J’ai eu la tête bien prise pendant 10 jours. Et ouahhhhh ça fait du bien de VIVRE pour autre chose que pour la Pma! Ce petit break était finalement une bonne idée!

Et puis après réflexion, arriver de temps en temps à laisser moins de place à la Pma dans nos vies et dans notre couple permet de souffler, de se rebooster et de se rappeler pourquoi nous menons ce combat à deux. Alors bien sûr je sais que trop bien comme il est difficile lorsqu’on est pris dans la spirale des traitements de se dégager ces temps là, mais on a besoin de s’oxygéner le cerveau et vivre d’autres moments qui nous changent les idées et qui ne se passent pas que dans des hôpitaux, salle d’attente, dans des pharmacies, accompagné de stress, d’appréhensions, et de questionnements… Quand je revois l’année écoulée je me rend compte quelle ne fût vraiment pas drôle et qu’on avait bien mérité ce petit break avec Chéri. Je me languis déjà le prochain!

J’ai presque envie de remercier mon corps qui a fait que mes règles ont changé la donne, ne sont pas arrivées comme prévues et m’ont obligé de devoir attendre afin de démarrer mon traitement seulement en Janvier! 

J’ai pu profiter des fêtes et mes vacances complètement et à 200% cette fois!!!

Et puis en ce début d’année 2017, hier c’était en quelque sorte ma rentrée Pma: appel aux Sages femmes pour leurs dire que mes règles s’étaient pointées durant les vacances et que nous allions pouvoir démarrer le protocole ! 

Mon compte était bon nous démarrons le 12 Janvier la première piqûres de Decapeptyl et rendez-vous prise de sang/ écho le 26 Janvier pour voir si mon corps a bien travaillé et s’il est enfin bloqué pour débuter 15 jours de stimulation. Si mon calcul est bon cela me fera une ponction vers le 8/9 février. Je dis bien  » vers » car je sais que trop bien qu’en Pma tout peut être modifié ou ne pas correspondre à ce qu’on croyait !

Je suis contente enfin de compte de pouvoir démarrer ce traitement en Janvier. L’année 2017 vient de démarrer, je suis regonfler à nouveau d’espoirs, d’envie d’y croire, de me dire que la chance va bien tourner en notre faveur. 

Après tout ça marche bien pour certains (e) alors pourquoi pas pour nous! (la bonne énergie est de retour…On verra dans quelques semaines après le retour des hormones dans mon corps si elle sera toujours la même, alors autant en profiter!).

Je dis cela par rapport aux hormones et au traitement mais à la différence du traitement de ma première Fiv , je me sens mieux et surtout moins angoissée à l’idée de me taper un mois de piqûres ! Cette fois je sais, je connais, je n’ai pas d’appréhension. Et puis je connais la partie du protocole la plus compliquée alors j’essaie de m’y préparer doucement pour la vivre dans les meilleures conditions possibles . Chéri va être là, à mes côtés puisque c’est lui qui va s’y coller pour me piqûer tous les soirs. Mais je sais aussi que c’est un moment qui va nous rapprocher comme la dernière fois. Nous avons nos petits rituels après chaque piqûre et chaque piqûre faite nous rapproche un peu plus de nos futurs petits Poussins…Alors vivement!

Enfin à travers cet article je voulais mes petites Pmettes vous souhaiter une bonne année en espérant que 2017 vous rapproche un peu plus de votre rêve et vous sourie enfin!

Et à très vite maintenant, pour vous donner des nouvelles du début des hostilités et je vais essayer de garder en tête ce petit texte ci-dessous… au cas où mes moments de stress et de questionnements reféraient leurs apparitions au cours de cette année!!!