Suite du protocole-le-plus-long-de-la-terre en vu du transfert…

Bientôt un mois que la ponction de cette troisième Fiv est passée et que nos petits embryons nous attendent dans le grand froid de la PMA…

Je dois dire que j’apprécie et savoure ce temps de repos que nous avons avant le transfert ! C’est appréciable de laisser retomber la pression avant de passer à l’étape suivante. Reconnaissons le, elle est tout autant, voir bien plus difficile à vivre que celle du protocole ( ses surprises ou imprévus , stress de la stimulation finalement sont de la gnognotte comparé à cette longue attente et torture psychologique de ces 15 jours!).

Après avoir dit tout cela, j’espère néanmoins arriver à continuer le travail que j’ai fais sur moi durant cette Fiv, à vivre étape par étape sans trop anticiper la suite, prendre soin de moi, vivre le plus normalement possible et profiter de ma zenitude du moment ! J’envisage même de travailler cette fois durant toute cette période ( je suis généralement en arrêt durant toute mes fiv jusqu’à la Pds )… mais bon j’y repensais quand je saurais le planning des enfants que nous recevons au moment de mon transfert ( pour celles qui ne le savent pas je suis éducatrice dans l’autisme, ou infirmière psy ça dépend des enfants et surtout adolescents que l’on reçoit, qui peuvent montrer à certains moments une grande violence sur eux et nous même… !).

Enfin voilà, nous arrivons à la fin de 2017 , et je me trouve , changé, différente, la Pma n’y est pas pour rien je pense ( je reviendrais la dessus bientôt…). Les rencontres, que j’ai faites, le travail sur moi effectué, ce que nous avons vécu durant ces derniers mois avec Chéri m’ont fais avancer. Et je dois dire que ce n’est que du positif! Certaines diront peut être, que c’est le comble que la Pma malgré nos échecs nous est apportée du bon et pourtant c’est la cas.

D’autant que je me refuse au vu de cette année qui se termine sans un enfant dans le ventre ou les bras, de me dire qu’il n’y est pas eu de belles choses qui nous soient arrivées malgré tout. Notre vie ne se résume pas qu’à la Pma et tant mieux, car c’est déjà cela de gagné pour nous deux.

Et puis les épreuves de la vie nous font grandir, avancer… On s’en serait bien passé c’est sûr, mais c’est la vie, je suis sure qu’un jour cette période sera derrière nous avec Chéri.

Je parle, je parle de mon état d’esprit, mais revenons à nos moutons!

Dix jours après le résultat de la ponction, je reçois tôt un matin un appel de Docteur Gentillesse, me demandant tout d’abord comment je vais, et pour qu’on parle de la suite. Elle me fait donc faire une hysteroscopie diagnostique dans la deuxième quinzaine de mon cycle de décembre juste avant le transfert en Janvier ( si transfert en Janvier car je sais qu’en Pma il y a toujours des imprévus !), pour voir l’état de mon col, voir si la dilatation fonctionne toujours, afin d’être sûr que tout est nickel pour le transfert, et que le passage se fait sans soucis. J’ai également droit à un petit frottis juste avant le transfert.

Pour l’hysteroscopie, elle me l’a fait faire par une autre gynécologue de la PMA , afin qu’elles soient deux a bien connaître le trajet de mon col au cas pour une raison x elle ne pourrait pas être là pour le transfert ( quand j’ai reçu l’ordonnance de l’hysteroscopie, avec le trajet du col à prendre pour informer la gynéco, je dois vous dire que j’ai eu l’impression que c’était un véritable marathon pour accéder au bout !!  » Trajet: vers le bas,et la gauche, puis angulation vers le haut de 90° »! On en a bien rigolé avec Chéri, puis surtout on a compris réellement pourquoi mes transferts sont si longs!).

Tout est donc calé avec ma gynécologue pour la suite !

Le 17 Novembre j’ai également eu mon rendez-vous avec l’endocrinologue pour parler du problème de progestérone que j’ai eu à deux reprises. Pour elle, au vu de mes précédentes stimulations et des taux que j’ai pu avoir, se sont les kystes qui auraient produits cette augmentation durant le protocole. Néanmoins, pour être sûr qu’il n’y a pas de soucis j’ai droit à une petit prise de sang à J3. Elle en profite pour retester les autres hormones aussi… J’ai réussi à négocier, de ne pas refaire l’Amh. Je sais qu’elle n’est pas top, et n’ai pas envie de me redonner du stress supplémentaire avec cela, alors qu’on a réussi à cette stimulation à avoir deux embryons. Je dois donc l’effectuer à J3 de mon prochain cycle.

Avec les fêtes de Noël au milieu, on va vite arriver au transfert , qui nous donne de belles perspectives ( on l’espère !)pour 2018. Les semaines qui arrivent vont vites défiler avec la préparation des fêtes de fin d’année, achats des cadeaux, décoration de la maison. C’est une période que j’adore depuis que je suis enfant. Et même si un petit bout n’est toujours pas dans notre foyer, se sont des périodes qui nous font énormément de bien avec Chéri. On aime se laisser porter par cette ambiance et vais essayer d’encore plus en profiter cette année afin d’arriver tranquille et sereine en 2018!

Je pense bien à vous les filles, avec la fin d’année qui approche… Je sais que ce n’est pas toujours évident mais j’espère qu’il y aura bientôt des jours meilleurs, avec 2018 qui approche ❤️

Publicités

Fiv 3 : Le-protocole-le-plus-long-de-la-terre: on l’a enfin bien fini!

Il y a une semaine, j’ai enfin eu cette ponction, on en a mis du temps pour y arriver avec tout ces rebondissements et pourtant on a réussi.

Chéri était hyper stressé la veille, moi aussi mais pour le coup j’ai essayé de ne pas trop lui montrer et d’être positive.

Comme toujours la sage femme nous a accueilli avec un grand sourire, nous a mis à l’aise. Cela nous a permis de lâcher un peu la pression. Contre toute attente nous avons peu attendu dans la chambre, on est rapidement venu me chercher et Chéri nous a suivi jusqu’à l’entrée à l’étage des blocs.

Après un bisous chargé d’émotions, nous nous séparons et savons que nous apprêtons à vivre l’un et l’autre des moments forts à partir de ce moment là. On y est , nous sommes vraiment aux portes de cette troisième Fiv qui m’angoissait en Février dernier lorsque je m’imaginais la débuter après l’échec de la deuxième. Je me sens bien, prête à aller au bout de tout ce qui m’est possible de faire et de donner pour avoir notre bébé. Je crois avoir fait beaucoup de chemin depuis notre dernier échec au cours de ces derniers mois.

Mais revenons à cette Fiv, cette troisième, j’attend donc devant le bloc que l’on vienne s’occuper de moi. L’infirmière de bloc me reconnait ( c’est là que je me suis rendue compte que je trainais peut être un peu trop dans les couloirs de la PMA et surtout des blocs depuis ces deux dernières années !). Puis vient rapidement mon tour. La gynécologue qui est aux ponctions est celle qui avait procédé à mon dernier transfert.
On me prépare, on discute de tout, de rien, on parle de mon travail et elle commence à me piqûer, pour m’anesthésier localement. Puis elle procède à la ponction. Tout se passe bien, jusqu’au deux derniers ovocytes de l’ovaire gauche où cela tire un peu, mais la douleur est largement supportable. La gynéco est d’ailleurs étonnée de ma tolérance a la douleur…Cinq minutes après on me remonte dans ma chambre et me voilà entrain de déjeuner. Chéri revient, les follicules étaient tous remplis d’un ovocytes !! On souffle, le souvenir de Fiv2 ça y est s’envole, une solution à bien était trouvé durant cette fiv, on a des chances !C’est pour nous une première victoire. Les sages femmes toutes gentilles arrivent et viennent voir comment je vais tout en m’apportant un petit déjeuner. J’en profite pour les remercier. Remercier cette belle équipe, humaine, à l’écoute, souriante, de nous accompagner aussi bien dans ce parcours aussi difficile. Une des sages femmes en a les larmes aux yeux de mes paroles…

Puis nous sortons, je n’ai évidemment aucune progestérone à prendre, vu que le transfert ne se fera pas desuite mais doliprane et Spasfon si douleurs après ponction. L’après midi, on doit nous appeler nous dire combien d’ovocytes ont fécondé.

La pression commence à monter. On rentre à la maison et on ne tarde pas à nous appeler. Les 4 ovocytes ont fécondés, la biologiste me dit de souffler, qu’il n’y en a que 4 effectivement mais de bonne qualité, c’est du 100%. Je peux passer un bon weekend maintenant me dit elle. Alors je l’écoute. Le soir même nous nous faisons un bon repas avec Chéri pour fêter ces premières étapes passées ! (L’avantage de ne pas avoir de transfert à la suite c’est qu’on peut boire un petit verre de vin pour trinquer!!).

Le lendemain, j’ai pas mal de douleurs aux ovaires, j’en profite pour un peu me reposer.

Puis nos amis Pastis Maroilles Aligot, arrivent à Marseille pour passer quelques jours ( nous nous étions rencontré avec les filles via un groupe Fb, et formons depuis cet été une belle bande de potes qui se comprennent dans la galère où nous sommes tous…et cela fait du bien! Comme quoi la vie nous a fait prendre un drôle de virage avec la Pma mais nous a mis aussi sur le chemin de belles personnes !).

Les jours passent, nous visitons Marseille et ses alentours avec eux, puis un matin alors que nous déjeunions, le téléphone sonne. Mon sang fait qu’un tour. On va savoir le résultat…la biologiste m’explique tout, j’ai l’impression qu’une heure se passe au téléphone tellement elle est longue à aller au but et j’apprend enfin que nous avons deux embryons de tops qualités congelés ! On est soulagé avec Chéri. Première fois que cela nous arrive d’en avoir de cette qualité.. pour tout vous dire je m’attendais à en avoir deux. Nous sommes toujours dans le ratio normal de pertes et encore une fois sommes dedans. Ça nous va, nous avons deux chances et c’est pour nous un grand pas en avant!

Tic et Tac nous attendent maintenant… Retrouvailles pour un des deux en Janvier!

En attendant, rendez-vous vous en novembre avec l’endocrinologue afin de comprendre mon soucis de progestérone, et simulation de transfert en décembre avec Docteur Gentillesse renommée par Chéri Sainte Gynéco, pour procéder à une simulation de transfert. Si soucis avec mon col, on reprocède à une dilatation avant le transfert en Janvier, on ne prend aucun risque. Les examens fais ces derniers temps montrent bien que les échecs d’implantation sont bien dûs aux transferts. Ça me va!

Vivement 2018 maintenant pour débuter une nouvelle année dans de bonnes conditions et avec de nouvelles perspectives !! Je vais pouvoir profiter avec plaisir de cette période de fêtes que j’aime et qui me fait du bien…